5 lacs incroyables à faire en bateaux

Des lacs sublimes qui sont bordées de village historique, d’un environnement naturel incroyable, le paysage ne peut qu’être magnifique depuis un bateau. Ces étendues d’eau pittoresques et calmes peuvent offrir une alternative intéressante et plus simple à l’apprentissage de la navigation.

En effet, les touristes désireux de combiner un séjour en bateau avec d’autres activités culturelles et touristiques peuvent envisager une escapade de navigation intérieure à la solution de vacances parfaite. Découvrez les 5 lacs incroyables à faire en bateau.

1. Lac de Sneek aux Pays-Bas

La navigation à voile est très répandue sur les lacs intérieurs des Pays-Bas et presque chaque ville est accessible par l’eau. Les villages néerlandais tels Frise, Kaag et Vecht offrent tous une navigation fantastique, la natation, l’aviron, le ski nautique et les installations de surf. Lors des mois d’été, les régates et les courses de bateaux sont également un site commun ici et tout le long de la côte de la mer du nord du pays voisin. Le Lac possède plusieurs marinas.

2. Lac de Garde en Italie

Un endroit touristique prisé depuis l’époque de l’Empire romain, le lac de garde est aujourd’hui l’une des destinations les plus sportives de l’Italie. Les eaux bleu azur et les vents forts signifient que le lac est une base attrayante pour beaucoup d’apprentis, tandis que les régates et les courses, telles que le populaire Centomiglia et Intervela, attirent des foules et des concurrents semblables.

Pour ceux qui cherchent une escapade de voile moins compétitif cependant, le lac de garde offre beaucoup à voir et à faire. Des villes idylliques au bord du lac et des stations balnéaires offrent de vastes activités culturelles et d’aventure et les ruines de la grotte di Catullo, bien conservées, sur les rives méridionales de l’étang, constituent un exemple spectaculaire du passé romain de l’Italie.

3. Näsijärvi en Finlande

Le Näsijärvi est un lac finlandais situé dans la région de Pirkanmaa de la province de Finlande-Occidentale. Le lac Näsijärvi est le plus grand lac qui donne sur la ville de Tampere. Très profond, il accueille plusieurs plaisanciers, mais aussi des bateaux de pêche. Le lac est réparti sur trois principales zones de pleine eau, Näsiselkä, Koljonselkä et Vankavesi, toutes trois des hauts lieux de pêche.

4. Lac d’Orta en Italie

Vu sur la carte, le lac d’Orta apparaît comme un nourrisson confortablement posé par le côté de sa mère. Il est facilement accessible par le rail à partir de ses extrémités sud et nord. Le lac est de 13,4 kilomètres de longueur, et 2,5 kilomètres de largeur, avec son point le plus profond à 143 mètres. Le paysage typiquement italien rencontre l’œil aussi loin que l’on peut voir.

L’île de San Giulio, nommée d’après un Saint patron local, Julius de Novara, semble s’être détachée de la ville d’Orta San Giulio, et a flotté à l’intérieur du lac, sans habitation! Faites un tour en bateau et explorez la seule île du lac.

5. Lac de Léman

Étant le deuxième plus grand lac d’Europe centrale, le lac Léman est un excellent choix pour la navigation, mais aussi il offre diverses activités passionnantes toute l’année en dehors de la location d’un bateau. Le lac Léman est le plus grand lac partagé par la Suisse et la France et après le lac Balaton en Hongrie, c’est le deuxième plus grand lac d’Europe centrale.

Le lac est divisé en le haut-lac, le grand-lac et le petit-lac. Le Rhône coule à travers elle depuis les Alpes sur son chemin vers la mer Méditerranée. Les villes les plus importantes du côté Suisse sont Genève, Lausanne, Vevey et Montreux.

Vacances en famille : 5 résidences vacances pour s’amuser

Si vous voulez partir pour vous relaxer, vous amuser en famille à la montagne ou au bord de la mer, une résidence vacances est la meilleure option pour profiter d’un séjour confortable et de luxe à moindre coût.

En effet, louer une maison pour les vacances est plus économique que de dormir à l’hôtel.

De plus, vous vous y sentirez chez vous. L’intimité y est de plus en plus privilégiée, vous aurez un jardin rien qu’à vous et vos enfants.

Le Dolphin Crest Villa

Situé dans la province du Cap Occidental, à 1,8 km de la montagne de la Table, Le Dolphin Crest Villa propose une villa indépendante avec une cuisine bien équipée : micro-ondes, grille-pain, lave-vaisselle, télévisons, machine à café et bouilloire.

Il dispose d’une salle de bain privative dotée d’une baignoire, d’un sèche-cheveux, d’un jacuzzi, d’un bidet et de peignoirs.

Le Dolphin Crest Villa offre un accès direct aux axes routiers : le V&A Waterfront est situé à 7 km et le Long Street se trouve à 4 km.

Il est idéal pour les familles qui aiment la plage, le soleil, la nourriture et le vin.

La Villa Paradiso

La Villa Paradiso est située à Bang Tao, à 12 minutes de la plage, à 1,6 km du club de plage Catch, à 1 km du supermarché Tesco Lotus Cherng Talay et à 20 km de l’aéroport international de Phuket.

Elle est composée de 3 chambres, d’une cuisine équipée de réfrigérateur, de micro-onde et de grille-pain et d’une salle de bain privative (le linge et serviette vous sont fournis).

Ce logement dispose aussi d’un parking privatif et gratuit. Vous jouirez d’une connexion WiFi gratuite et d’une piscine privée durant votre séjour.

Le Viking Cottages&Apartements

La résidence Viking Cottages&Apartements est située à 7 km du centre d’Akureyri, en Islande, et à 6 minutes à pied de la plage.

Les cottages disposent chacun d’une terrasse privée offrant une belle vue sur la mer, d’une cuisine bien équipée, d’une salle de bain privative (avec douche et sèche-cheveux) et d’une connexion WiFi gratuite.

Les salons sont dotés de télévisions à écran plat avec lecteurs Blu-ray et de coins salon.

À l’extérieur, les logements bénéficient d’un bain à remous et d’un barbecue. Le parking sur place est gratuit. De plus, les amateurs de golf y seront merveilleusement servis.

La villa Góralska Ostoja en Pologne

Góralska Ostoja se trouve dans le quartier calme de Pcim, à 750 mètres d’une grande piste de randonnée et à 110 mètres du centre d’équitation Rancho Pcim.

La résidence en bois adopte le style montagnard. Elle dispose de beaux espaces extérieurs offrant de belles vues sur les montagnes.

L’établissement est doté d’une belle cheminée, d’un balcon, d’une terrasse, d’une cuisine équipée d’un four à micro-ondes et d’une lave-vaisselle, d’une télévision, de salles de bain privatives et d’une connexion WiFi gratuite.

Un barbecue, un sauna et un jardin se trouvent à l’extérieur, à votre entière disposition.

La résidence Karczogród

Toujours en Pologne, Karczogród est située à Ko?cielisko, à 5 km de la grotte de Mrozna, à 1,8 km de la vallée de Ko?cielisko et à 3 km du télésiège Butorowy Wierch.

La résidence est composée de 3 chambres, d’un salon, d’une cuisine bien équipée (avec lave-vaisselle), d’une télévision à écran plat et d’un coin repas.

Voiture hybride : une bonne solution pour vos déplacements professionnels ?

Économie de carburant, empreinte carbone, performances. Ce sont là une très petite partie des critères de choix quand on parle de voiture pour les déplacements professionnels. Le budget d’une entreprise étant limité, tout est question de compromis. La voiture hybride a beaucoup d’atouts qui peuvent vous séduire en tant que chef d’entreprise.

Une petite citadine hybride pour les déplacements professionnels en ville

Dans la majorité des cas, une voiture hybride est dotée d’un format assez compact. Les voitures hybrides de dimensions réduites consomment moins et ont a priori une meilleure autonomie. Plus une voiture hybride a une meilleure autonomie, plus celle-ci est pratique. Pour les déplacements professionnels en ville, une petite citadine électrique/essence est donc la voiture à privilégier.

Les voitures citadines hybrides peuvent convenir à de nombreux types de fonctions professionnelles. En tant que chef d’entreprise ou gestionnaire de flotte, vous devez être à même de définir les réels besoins. Vous serez d’accord pour dire qu’une petite citadine hybride est l’alternative idéale à la citadine Diesel ou à essence.

Des voitures hybrides à l’autonomie incroyable

Les voitures hybrides allient les technologies d’un moteur électrique et d’un moteur à essence. L’alternance ou le fonctionnement en parallèle de ces moteurs sont définis par le constructeur. Le fait est que vous pouvez en profiter parce que même les SUV peuvent embarquer la technologie hybride. Par essence, un SUV consomme plus d’énergie qu’une petite citadine.

Cependant, les meilleurs constructeurs parviennent à faire de ces voitures hybrides de vraies routières. Vous pouvez trouver des SUV hybrides qui arrivent à faire des centaines de kilomètres avant de nécessiter une recharge. Le constructeur espagnol Seat figure parmi ceux qui ont le savoir-faire requis pour ce genre de prouesse.

Une voiture hybride pour faire des économies sur le long terme

En parallèle avec les voitures électriques, les voitures hybrides se voient comme étant les voitures de demain. Pour le moment, le prix d’achat d’une voiture tourne en moyenne aux alentours des 40.000 €. Ce qui peut représenter un petit investissement à l’achat.

Cependant, c’est un investissement qui s’amortit facilement sur le moyen et le long terme. Ce ne sera pas une perte pour votre entreprise d’opter pour une voiture hybride. Pour vous en assurer, faites votre choix parmi la pléthore de choix de voitures hybrides de BYMYCAR.

Des voitures qui marient puissance et écologie

La puissance est un critère primordial lors de l’achat d’une voiture prévue pour vos déplacements professionnels. C’est valable que ce soit pour une voiture citadine qu’un SUV. Si une voiture purement électrique est assez limitée sur ce point, une bonne hybride s’en sort très bien. Vous pouvez rouler confortablement avec un SUV hybride sur autoroute.

La puissance du moteur à essence embarqué s’ajoute à celle du moteur électrique. Avec une voiture hybride, vous êtes sûr de rouler avec moins d’émission. L’hybride est une alternative idéale si vous êtes à la recherche d’une voiture de fonction à la fois puissante et écologique.

L’exemple parfait avec la Leon e-Hybride de Seat :

·  Autonomie sur batterie seule : 60 km

·  Autonomie batterie-essence : 800 km

·  Puissance développée : 204 ch.

·  Emission CO2 : – 70 %

Les styles de management

Le management est la capacité du manager à diriger ses collaborateurs. Chaque entreprise a son style de management. Ce dernier dépend surtout de la personnalité du manager, de la culture d’entreprise et du domaine d’activité de l’entreprise. Voici les principaux styles de management.

Le management autoritaire

Ce style est aussi appelé management directif. C’est le manager qui dirige, ordonne et fixe les objectifs à atteindre, sans consulter ses collaborateurs. Les consignes sont claires, mais strictes. Le manager définit aussi les méthodes que les salariés doivent utiliser pour atteindre les résultats. La confiance et l’autonomie accordées aux salariés sont limitées. Les collaborateurs craignent le manager.

Ce dernier récompense les résultats positifs et sanctionne les échecs. Le principal avantage de ce type de management, c’est qu’il est efficace dans les situations d’urgence, car la prise de décision est rapide. Toutefois, il démotive les salariés et limite leur créativité. Le manager doit savoir ce qu’il fait et montrer qu’il sait où il va.

Le management persuasif

Il y a toujours une forte implication du manager. Mais ce dernier est plus tourné vers ses salariés. Ces derniers disposent d’un peu plus de liberté et d’autonomie. Le manager leur demande souvent leurs avis et suggestions, mais c’est toujours lui qui détient le pouvoir décisionnel. Dans ce style de management, le manager est un leader.

Au lieu de donner un ordre à ses collaborateurs et exiger qu’ils le suivent sans poser de question, le manager explique et convainc. Il sait persuader sur l’importance des objectifs. Cela permet de renforcer le sentiment d’appartenance des salariés à l’entreprise, de renforcer la cohésion de l’équipe et de motiver les collaborateurs. Toutefois, le management persuasif est plus complexe à mettre en place.

Le management participatif

Le manager accorde une grande confiance à ses collaborateurs, et vice-versa. Il définit les tâches à effectuer et les objectifs à atteindre, mais les salariés disposent d’une grande latitude en ce qui concerne les méthodes à mettre en place pour arriver aux résultats voulus. Les collaborateurs sont plus impliqués dans la vie de l’entreprise.

Ils communiquent mieux leurs idées et laissent exprimer leur créativité. Le manager fait partie de l’équipe et, au lieu de la diriger, il ne fait que l’encadrer. Ce style de management stimule la motivation des salariés et augmente leur productivité. Mais il requiert un fort engagement de la part des collaborateurs, ainsi que de la créativité et de la capacité à travailler en autonomie.

Le management délégatif

Comme le management autoritaire, ce style de management est aussi centré sur le résultat. Mais la différence entre les deux, c’est que dans le management délégatif, le manager consulte ses collaborateurs avant la prise de décision. Plus de responsabilités et de missions sont confiées aux salariés.

À eux de trouver les méthodes pour atteindre les objectifs. Par ailleurs, le manager stimule les créativités de ses collaborateurs. Il n’ordonne pas, mais sollicite. Les employés sont plus motivés et productifs, car ils apprécient que le manager les valorise. Mais le principal inconvénient du management délégatif, c’est le risque que la hiérarchie ne soit pas respectée.

Comment apprendre à être satisfait dans son travail ?

La vie professionnelle, tout comme la vie en général, peut présenter des hauts et des bas. Dans une entreprise, la vie n’est pas toujours simple. Mais comme vous passez plus de temps dans votre travail qu’ailleurs, vous devez trouver des astuces pour trouver votre bonheur dans votre travail.

Comment apprendre à être satisfait dans son travail ?

Aimez votre métier

Certaines personnes sont parvenues à faire de leur passion leur métier. Pour elles, travailler peut être source de bonheur. Mais pour d’autres qui ont accepté un métier parce qu’il le faut, travailler ressemble plus à une corvée. Se lever tous les matins et aller sur leur lieu de travail peuvent donc constituer un véritable supplice. Ces personnes sont plus sujettes au stress, au burn-out et à la dépression. Afin d’éviter tous ces problèmes et être satisfait dans ce que vous faites, apprenez à aimer votre travail.

Voici quelques astuces qui peuvent vous aider :

  • Listez tous les points positifs de votre métier : le salaire, les petits avantages, l’ambiance au travail, les collègues, etc. Listez ensuite vos objectifs dans le futur proche ou lointain, ainsi que ce que vous envisagez de mettre en œuvre pour les atteindre.
  • Faites évoluer votre carrière : profitez des formations et stages offerts par votre entreprise. Les nouvelles compétences que vous acquerrez vous feront voir une partie plus intéressante de votre métier.
  • Évitez la routine : cela peut être difficile, mais efficace pour vaincre la monotonie. Parlez avec un collègue avec qui vous n’avez pas l’habitude de discuter, prenez un autre chemin pour aller au travail, etc.

Créez-vous un environnement de travail agréable

Vous ne serez jamais satisfait de votre travail si l’espace dans lequel vous évoluez ne vous convient pas. Cela commence par votre poste de travail. Votre fauteuil et votre bureau ne sont pas ergonomiques ? Votre ordinateur est une antiquité ? Vous souhaitez que votre bureau soit plus ensoleillé ? Parlez-en à votre manager.

En outre, n’hésitez pas à tisser un lien avec vos collègues. Vous aurez ainsi des personnes avec qui parler durant les pauses. Mais cela peut aussi renforcer la cohésion de votre équipe de travail. Souriez, dites bonjour, faites de petits gestes attentionnés envers vos collègues. Au fil du temps, vous vous sentirez mieux et trouverez de la joie dans ce que vous faites.

Sachez faire tomber la pression

Il y a plusieurs raisons qui peuvent vous mettre sous pression au travail. Mais quand la pression est trop importante, elle entraîne le stress, la fatigue, l’irritabilité, la baisse de productivité, etc. Apprenez alors à gérer la pression afin de travailler mieux. Octroyez-vous des pauses, dédramatisez en faisant de l’humour, faites des exercices de relaxation, ce sont autant d’astuces que vous pouvez mettre en œuvre pour relâcher la pression au travail. Identifiez également les éléments qui vous mettent le plus la pression.

Ainsi, vous pourrez mieux trouver des solutions pour y faire face. Faites du stress un défi plutôt qu’un problème. Vous verrez que la satisfaction est plus importante quand vous arrivez à mener à bien un projet difficile.

Quels sont les bienfaits du yoga au bureau ?

Bien que la santé et le bien-être constituent notre état naturel, comme le fait savoir Prem Rawat à chacune de ses conférences, nous sommes encore nombreux à ne pas réellement en prendre soin. Ce n’est pourtant pas par souhait de ne pas s’en occuper, mais à cause du rythme que nous impose la vie professionnelle.

De plus en plus de dirigeants d’entreprise en sont actuellement conscients et encouragent ainsi leurs collaborateurs à s’adonner au Yoga au bureau pour leur permettre de trouver l’équilibre entre ce qui se passe à leur extérieur et à leur intérieur. Cette initiative encouragée par Prem Rawat ne manque pas d’avantages. Pour plus d’informations : www.tprf.org/fr/prem-rawat

Voici les bienfaits du yoga au bureau

Déblocage des raideurs

Le travail au bureau implique de rester assis durant plusieurs heures en faisant face à son ordinateur. Tôt ou tard, cela peut être à la source de douleurs au dos, aux cervicales et sur les épaules. Si au début, de tels problèmes semblent être moins graves et donc négligeables, au fil du temps, ils gagnent souvent en intensité et peuvent ainsi compromettre la capacité de se charger de son travail. Il est heureusement possible de prévenir leur aggravation en pratiquant régulièrement des mouvements de yoga contribuant au déblocage des raideurs comme l’étirement du dos, l’ouverture de la hanche, l’ouverture des épaules et la torsion assise.

Diminuer le stress au travail

Le stress semble actuellement être une partie intégrante de la vie professionnelle que beaucoup d’entre nous semblent être prêts à vivre avec jusqu’à leur âge de retraite. Pourtant, quand il devient chronique, de nombreux problèmes de santé comme la dépression et anxiété, le syndrome métabolique, les troubles musculo-squelettiques et même les maladies cardiovasculaires peuvent en découler.

Il est nécessaire d’y remédier et même de le prévenir à travers la pratique de la respiration complète yogique durant les pauses-déjeuner ou les pauses-café ou clopes du milieu de matinée et du milieu d’après-midi.

Resserrer les liens au sein de l’équipe

Conscient de l’efficacité du Yoga pour le débarrassage des raideurs et du stress chez leurs collaborateurs, certaines entreprises sont allées même jusqu’à payer des cours de yoga en groupe pour tous leurs salariés. Et la plupart ont pu en tirer un autre avantage : donner un nouvel élan de solidarité au sein de leur équipe en fédérant tous les membres autour d’une même activité.

Par ailleurs, on n’est pas toujours obligé à se rendre à un centre Yoga pour profiter des bienfaits de cette pratique. Rien n’empêche par exemple de faire venir 2 ou 3 fois par semaine pour une durée de 15 minutes à 1h un professeur de Yoga.

Favoriser la concentration

Le yoga est avant tout un état d’esprit qui a pour objectif d’augmenter sa concentration sur soi et, après, sur son environnement. En le pratiquant quotidiennement, même pour quelques minutes donc, un employé de bureau pourra apporter de la tranquillité dans sa tête en maîtrisant les brouhaha et autres confusions intérieures pouvant être liés à l’exercice de son activité professionnelle. Le yoga l’aidera ainsi à avoir plus d’attention sur le moment présent et d’apprécier chaque instant et ce, sans a priori.

Grâce à la respiration et aux mouvements liés à cette activité, il se sentira pleinement en vie et prêt à affronter les épreuves liées à l’exercice de son travail.

Manager avec humour : possible ?

Le rire est bon pour créer un climat de travail agréable. C’est pourquoi, depuis quelques années, certains managers d’entreprise s’adonnent à l’humour pour créer une cohésion d’équipe. D’autres restent sceptique sur ses conséquences en termes de management. Est-il possible de manager avec humour ?

Les bienfaits de l’humour au travail

L’humour a de nombreuses vertus. C’est un excellent remède contre le stress : il détend et permet de prendre du recul devant une situation compliquée. Le rire apporte une bouffée d’oxygène au cerveau qui, une fois déconnecté de ses problèmes, pourra mieux se concentrer pour trouver une solution.

La bonne humeur encourage la cohésion d’équipe. En créant une ambiance conviviale, l’humour brise les barrières et facilite les échanges entre les employés. C’est un outil efficace pour gérer les conflits. Il développe également la créativité et booste la productivité.

En outre, manager avec humour est une bonne stratégie pour stimuler la motivation du personnel. La plupart des gens aiment travailler avec un patron qui sourit, qui aime rire. Les employés lui resteront fidèles et travailleront avec envie et implication.

Les limites du management par l’humour

L’humour au travail a aussi ses inconvénients. L’autorité du manager peut en prendre un coup. Comme l’humour casse les codes, il sera difficile pour le dirigeant de discipliner ses employés.

Ensuite, plaisanter dans un lieu sensé être sérieux peut être mal vu par certains. Pour eux, faire des blagues au travail est considéré comme un manque de respect. Le manager risque de se mettre dans une situation où ses collègues peuvent le critiquer ou se moquer de lui.

L’humour doit donc être utilisé à bon escient. En effet, chaque individu n’a pas le même sens de l’humour selon sa culture, son éducation, ses vécues. Si la plaisanterie est mal placée, il peut avoir des effets contre-productifs. Il faut donc savoir faire la différence entre plaisanterie et moquerie pour ne pas blesser quelqu’un et mettre toute l’équipe mal à l’aise.

Comment manager avec humour ?

Le sens de l’humour n’est pas donné à tout le monde. Être drôle est un talent inné, cela ne s’acquiert pas. Il ne faut donc pas forcer les choses sinon vous risquez de vous ridiculiser. Si vous n’avez pas le sens du comique, contentez-vous d’être chaleureux, de sourire aux gens, d’aimer rire. Avoir de l’humour, ce n’est pas forcement raconter des blagues, c’est aussi savoir apprécier les plaisanteries des autres et dédramatiser la situation.

En outre, avant de jouer le comique, assurez-vous que l’atmosphère sociale est bien apaisée. Votre équipe ne sera pas favorable au rire si leur bien-être primaire est négligé. Par exemple, ils ne se prêteront pas au rire si leurs salaires n’ont pas encore été payés.

Toutefois, le manager doit savoir poser des barrières pour éviter tout débordement. Il ne faut pas non plus passer beaucoup de temps à rigoler, l’entreprise a des objectifs à atteindre. Ainsi, le manager doit savoir attirer son équipe vers la concentration après le rire. Même si l’humour permet de créer un climat de travail positif, il faut rester professionnel.

Travailler dans l’entreprise familiale : avantages et inconvénients

Travailler en famille est une idée qui s’avère intéressante. D’ailleurs, la plupart des entreprises qui ont connu un succès international sont des entreprises familiales. Cependant, comme toutes choses, travailler dans une entreprise familiale a ses avantages et inconvénients.

Les avantages de travailler en famille

L’un des plus grands avantages de travailler dans une entreprise familiale est que chaque membre de la famille partage la même vision et les mêmes envies. Chacun est donc beaucoup plus engagé et impliqué dans la vie de l’entreprise. Vous ressentez un fort sentiment d’appartenance. Aussi, protéger l’image et la réputation de l’entreprise constitue pour vous une priorité. Cette idée façonne votre manière d’agir et vous motive à être encore plus productif.

En travaillant en famille, vous pouvez faire facilement confiance à vos collaborateurs. Ce qui est plus difficile à faire lorsque vos associés ne sont pas du même sang que vous. En faisant confiance aux membres de votre famille, vous serez rassuré de déléguer certaines de vos tâches. Ce qui vous fera gagner du temps et diminuer le stress au travail.

En plus de pouvoir faire confiance à vos collaborateurs, vous connaissez parfaitement chacun d’entre eux. Vous savez exactement ce qui leur plaît ou non. Vous pouvez donc réduire les risques de conflit en anticipant vos manières pour aborder un sujet délicat avec eux. En plus, bien connaître vos associés est essentiel pour résoudre facilement une situation de crise.

Les inconvénients d’une entreprise familiale

Travailler dans une entreprise familiale a aussi son lot d’inconvénients, à commencer par la difficulté de gérer les sentiments au travail. Discipliner sa famille peut être pénible étant donné que les membres de la famille ont tendance à penser qu’ils sont au-dessus des règles. À part cela, le dirigeant veut parfois nommer son enfant à un poste important alors que celui-ci n’a même pas les compétences et les qualités requises pour le diriger. Cette situation peut mettre le bon fonctionnement de l’entreprise en danger.

En outre, les entreprises familiales manquent souvent d’ouverture. La famille souhaite garder la direction de l’entreprise dans la famille. Ceux qui n’ont pas de lien de parenté avec le dirigeant ont moins de chance de tenir un poste de haute responsabilité alors qu’ils peuvent avoir des compétences et des idées plus utiles. L’entreprise passe donc à côté de ces bonnes idées, juste parce que leurs auteurs sont des étrangers.

Un autre inconvénient majeur de l’entreprise familiale est le risque de rivalité entre les membres de la famille. Au bout d’un certain temps, une guerre de succession entre les enfants peut éclater. Chacun veut tenir le rôle du dirigeant. Une telle situation nuit les relations familiales.

Comment créer un milieu de travail positif en famille ?

Avant de lancer votre entreprise familiale, apprenez avant tout à compartimenter votre vie professionnelle et votre vie personnelle. Au travail, vos sentiments ne doivent pas prendre le dessus. Pour éviter tout malentendu avec les membres de votre famille, avant de travailler avec eux, définissez clairement leurs rôles dans l’entreprise ainsi que les règles que vous leur imposez.

En sus, soyez toujours soudé. Avant tout, vous êtes une famille. Vous devez donc partager les mêmes intérêts. Avant de cultiver le sentiment d’appartenance à l’entreprise, inculquez d’abord à vos enfants la familiarité et la camaraderie. S’ils s’aiment bien, s’il n’y a pas d’animosité entre eux, ils créeront un climat de travail beaucoup plus positif, donc plus productif.

Découvrez ces femmes qui tiennent un rôle clé dans la finance

La finance a été longtemps considérée comme un secteur réservé aux hommes. Il faut dire que très peu de femmes faisaient carrière en finance et les rares femmes qui y parvenaient restaient dans l’ombre. Aujourd’hui, les différents combats pour l’émancipation de la femme et l’égalité professionnelle ont permis à de nombreuses passionnées de finance de se lancer ouvertement. Certaines, de par une carrière des plus remarquable, ont définitivement marqué l’histoire et sont des sources d’inspiration pour toutes les autres femmes.

Christine Lagarde

L’histoire retiendra le nom de Christine Lagarde comme celui d’une des femmes les plus puissantes du monde de la finance. Avec un parcours des plus élogieux, elle a réussi à se faufiler, à se faire une place et même à supplanter les hommes là où nul ne s’attendait à voir une femme.

Avocate de formation, Christine Lagarde travaille au sein d’un prestigieux cabinet d’avocats d’affaires internationales américain, le cabinet Baker & McKenzie. Ensuite, c’est dans l’univers politique français qu’elle se fait remarquer. Elle occupa alors le poste de ministre déléguée au commerce extérieur, puis passe successivement au ministère de l’Agriculture et de la Pêche et au ministère de l’Économie. Un parcours qui la révéla définitivement et qui marqua un grand tournant dans sa carrière.

Christine Lagarde devient la première femme à occuper un siège du ministère de l’Économie dans un pays du G8. En 2011, c’est à l’issue d’un consensus qu’elle devient la première femme à la tête de la direction générale du FMI. En 2014, elle est classée en 5e place sur la liste des femmes les plus puissantes du monde par le magazine américain Forbes.

Son mandat de directrice générale à la tête du FMI, elle renouvelle en 2016, avant de démissionner quelques années plus tard pour devenir la présidence de la Banque Centrale européenne en 2019.

Gita Gopinath

C’est forte d’un doctorat en macroéconomie et commerce international, obtenu à l’université de Princeton que Gita Gopinath obtint son premier emploi. Elle démarra sa carrière en 2005 en tant que professeure en études internationales et d’économie à l’Université d’Harvard. Cette Indienne d’origine, retourne dans son pays natal, entre 201 et 2014, période pendant laquelle elle occupa le poste de conseillère du ministre en chef de l’État du Kerala Pinaryi Vijayan et du ministre des Finances indien.

Gita Gopinath se révéla davantage en se faisant connaître comme la codirectrice du Programme du National Bureau of Economic Research. Elle coédite également l’American Economic review avant d’être nommé en 2018 comme économiste en chef au FMI, un poste précédemment occupé par un homme. C’est la première fois qu’une femme occupe ce poste au sein de l’institution internationale et s’occupe de diriger un département de recherches aussi stratégique.

Pinelopi Koujianou Goldber

Cette économiste américaine d’origine grecque a fait de longues études d’économie dans les meilleures universités (Fribourg et Stanford) qui lui permirent de devenir professeur d’économie à la prestigieuse université de Yale. Avec Gita Gopinath, elle édite l’American Economic Review entre 2011 et 2017, s’imposant ainsi comme la première femme éditrice de cette revue.

Spécialiste de la microéconomie et du commerce international, elle se fait connaître par ses travaux sur l’économie des pays en voie de développement. Un engagement qui rappelle celui de nombreuses femmes militantes telles qu’Antoinette Fouque. Ce parcours élogieux lui a valu, en 2018, d’être nommée chef économiste de la Banque mondiale. 

7 façons de renforcer la sécurité informatique au travail

Les cyberattaques sont aujourd’hui une menace courante pour de nombreuses entreprises. Que vous soyez une petite entreprise ou une grande entreprise, il vous faut un réseau informatique. L’avantage d’un réseau est qu’il aide une entreprise à être plus productive, plus efficace et plus rentable.

L’inconvénient est qu’un réseau héberge des informations et des données qui sont vitales. Il contient des détails sur les clients, les communications quotidiennes de l’organisation, les actifs matériels associés et plus encore. Il offre donc un point d’entrée aux intrus et aux pirates.

Si le réseau de votre organisation est compromis, les données et la réputation de votre organisation sont en jeu. Une violation de la sécurité de votre réseau peut entraîner des pertes financières, des poursuites de la part des clients et même des problèmes juridiques. C’est pourquoi il est essentiel de sécuriser le réseau informatique de votre organisation.

En général, le personnel de sécurité informatique est chargé de la sécurité d’un réseau dans une entreprise. A ce titre, il est chargé de définir les politiques de sécurité du réseau, de prendre les mesures et décisions appropriées et de former les employés aux comportements de sécurité souhaités.

Même si votre réseau est bien sécurisé, vous pouvez l’améliorer en y ajoutant de nouvelles mesures de sécurité. Dans ce guide, nous partageons d’excellents comportements et mesures que vous pouvez utiliser pour renforcer la sécurité du réseau dans votre entreprise.

1. Le traitement des données sensibles

Les données sensibles peuvent comprendre des renseignements sur les clients, des détails financiers et d’autres informations confidentielles sur l’entreprise. Fondamentalement, il s’agit de tout ce qui peut être utilisé par une personne extérieure malveillante pour nuire à votre organisation. Lorsque des données sensibles sont partagées sur votre réseau organisationnel, il est important de s’assurer qu’elles restent entre les mains de personnes autorisées.

Pour ce faire, vous pouvez créer des politiques de sécurité réseau relatives au partage de fichiers et au transfert des e-mails. Utilisez ces politiques pour empêcher les e-mails et les fichiers contenant des données sensibles de parvenir à des personnes non autorisées. Vous pouvez également paramétrer un indicateur de confirmation supplémentaire lorsque ces données sont partagées par les utilisateurs du réseau.

Si votre entreprise utilise des services cloud, et c’est très probablement le cas, assurez-vous d’inclure le cloud dans vos politiques de traitement des données.

2. Des mots de passe plus sûrs et des gestionnaires de mots de passe

Des mots de passe plus sûrs sont essentiels pour une bonne sécurité du réseau. Pourtant, les utilisateurs du réseau créent souvent des mots de passe trop faibles, trop petits, trop simples ou trop faciles à deviner. Pour éviter cela, vous pouvez créer des stratégies réseau qui exigent que les employés créent des mots de passe plus forts par défaut.

Par exemple, demandez une combinaison de symboles, de lettres et de chiffres lorsqu’un utilisateur du réseau crée un mot de passe. Vous pouvez également demander à l’utilisateur de choisir un mot de passe d’au moins 10 à 15 caractères pour assurer une meilleure sécurité et prévenir les risques d’une attaque par force brute par un pirate.

Pour les aspects plus sensibles du réseau, vous pouvez demander aux utilisateurs de changer fréquemment leurs mots de passe.

Un problème courant avec les mots de passe est qu’ils peuvent être difficiles à retenir. C’est particulièrement vrai pour les mots de passe plus longs et plus complexes.

Si les utilisateurs de votre réseau ont besoin d’aide pour mémoriser leurs mots de passe, encouragez-les à utiliser un bon gestionnaire de mots de passe. Les gestionnaires de mots de passe facilitent le suivi de tous les mots de passe tout en garantissant qu’aucune personne non autorisée n’y accède.

3. Une approche d’identification à deux facteurs

L’authentification à deux facteurs, ou 2FA, utilise deux facteurs pour authentifier un utilisateur du réseau. Il s’agit d’une amélioration significative par rapport au type de vérification par mot de passe en une seule étape. La 2FA fait appel à une combinaison de ce que l’utilisateur sait, de ce qu’il possède et de ce qu’il est, pour vérifier l’utilisateur en deux étapes. Elle est particulièrement efficace pour contrer l’hameçonnage et le détournement de session.

Pour implémenter la 2FA sur votre réseau organisationnel, vous pouvez utiliser un code par e-mail, un mot de passe SMS unique, une question personnelle ou tout autre identifiant, en plus du mot de passe standard.

Assurez-vous de discuter avec les intéressés au sein de votre organisation avant de décider des deux facteurs que vous comptez utiliser. Les facteurs que vous comptez utiliser doivent être facilement utilisables par les utilisateurs du réseau et leur être uniques.

4. L’utilisation de VPN

La plupart des pirates informatiques ciblent le trafic de données qui circule entre le réseau d’une organisation et ses utilisateurs enregistrés. C’est encore plus vrai aujourd’hui en raison de l’utilisation de smartphones, de tablettes et de divers autres appareils pour l’accès à distance au réseau de l’entreprise.

Si le trafic de données est compromis, un pirate peut lancer une attaque de piratage de session ou sur le poste de travail. Il peut se faire passer pour l’utilisateur enregistré et accéder au réseau ainsi qu’à toutes les ressources du réseau. C’est pourquoi il est primordial de sécuriser le trafic de données ou les lignes de communication entre le réseau et ses utilisateurs.

C’est là que les VPN entrent en jeu. Un VPN de qualité est capable de crypter toutes les communications entre un utilisateur et le réseau. Cependant, pour qu’un VPN fonctionne parfaitement, le réseau et l’utilisateur doivent l’utiliser au moment de la communication.

Un VPN rend presque impossible pour un pirate de lancer une attaque. Il permet également de contrer assez efficacement d’autres attaques de phishing. Cependant, il faut absolument utiliser un VPN de qualité avec une bonne réputation. Un bon exemple est NordVPN.

5. Les bonnes pratiques de navigation

Une navigation sûre est la pierre angulaire d’une bonne sécurité réseau. Vous pouvez former les employés de votre organisation aux meilleures pratiques en matière de navigation sécurisée. Notamment dans les domaines suivants :

L’utilisation d’un navigateur bien connu et à jour

L’utilisation d’un logiciel antivirus avec analyse des fichiers avant le téléchargement

L’activation d’un bloqueur de fenêtres publicitaires intempestives

L’utilisation d’un réseau Wi-Fi privé.

La vérification approfondie des e-mails et des sources d’e-mails avant de cliquer sur un lien.

La vérification de l’authenticité de l’URL, en particulier lors de la saisie d’informations sensibles.

6. Un usage sûr de l’USB

Les USB sont une forme très pratique et portable de données. Dans un lieu de travail professionnel, le partage de données entre collègues est très pratique avec une clé USB. Cela dit, une clé USB peut facilement introduire des logiciels malveillants, des virus et d’autres menaces de sécurité dans le travail d’une organisation. Il est donc essentiel d’avoir une politique de sécurité réseau relative à l’utilisation de l’USB.

Tout d’abord, assurez-vous que toutes les clés USB utilisées dans votre lieu de travail organisationnel sont sécurisées. Des clés de chiffrement solides garantissent qu’aucune perte ne puisse être déchiffrée ou usurpée. De plus, utilisez des mécanismes spécialisés pour analyser les clés USB avant qu’elles ne puissent être utilisées pour vous assurer qu’elles ne soient pas contaminées.

Si possible, limitez l’utilisation des clés USB aux cas de force majeure. Dans ces cas-là, utilisez des politiques strictes pour surveiller, réguler et scanner l’utilisation des USB.

7. Disposer de mesures anti-hameçonnage

L’une des menaces de sécurité les plus courantes pour une entreprise et ses employés est l’hameçonnage. Les pirates informatiques se font passer pour des personnes de confiance ou connues, incitant les employés à cliquer sur des liens malveillants. Par la suite, les pirates informatiques trouvent un moyen d’infiltrer le réseau de l’organisation.

Outre la sensibilisation et la formation en matière de sécurité, vous pouvez utiliser les politiques de réseau et de messagerie électronique pour atténuer les risques d’hameçonnage. Utilisez des listes pour séparer les adresses électroniques de confiance des adresses inconnues.

La sécurité du réseau informatique d’une organisation repose en fin de compte sur les politiques et les meilleures pratiques des employés et du personnel de sécurité informatique. Le guide ci-dessus fournit quelques conseils pratiques pour vous aider. Mais sachez qu’il ne s’agit là que d’un point de départ et que vous devriez envisager d’autres moyens d’améliorer la sécurité de votre propre réseau organisationnel.