Comment écrire des articles absolument addictifs

14 Feb 2018
Image Comment écrire des articles absolument addictifs

Joe Sugarman  est à l'origine de certains des articles les plus addictifs et rentables jamais créés. Sauf qu'il les appelait "annonces imprimées".
En 1986, Joe Sugarman, un rédacteur à réponse directe, a écrit une publicité pour BluBlocker Sunglasses.


Il distribue son annonce à l'ancienne, par la poste, en demandant aux lecteurs d'appeler avec leurs cartes de crédit. La réponse a été énorme. Les verres se sont vendus en un jour. Et il l'a fait encore et encore avec un assortiment de produits : calculatrices et haut-parleurs, détecteurs de fumée et thermostats, et même des jets et des manoirs.
Son succès tient à sa capacité de faire lire les gens.

Sugarman savait que les prospects qui terminaient une annonce étaient beaucoup plus susceptibles d'acheter le produit que ceux qui ne lisent que le début. Il a donc utilisé toutes les tactiques de fiançailles qu'il connaissait pour garder les gens collés à la page, accros.

Comment écrire des articles addictifs

Vers la fin de sa carrière, Sugarman a commencé à divulguer ses secrets de rédaction dans des séminaires coûteux. Pour communiquer ses vastes connaissances, il les a organisées en axiomes.

Certains de ses axiomes sont des vérités philosophiques, destinées à aider les propriétaires d'entreprise à trouver un angle de vente unique :

"Ne jamais vendre un produit ou un service. Toujours vendre un concept."
"Vendre un remède est beaucoup plus facile que de vendre un préventif."
"Quand vous essayez de résoudre des problèmes, n'assumez pas des contraintes qui ne sont pas vraiment là."

D'autres sont des conseils plus pratiques, destinés à aider les rédacteurs à maintenir la participation des lecteurs tout au long de l'annonce.
Sugarman savait que les prospects qui terminaient une annonce étaient beaucoup plus susceptibles d'acheter le produit que ceux qui ne lisent que le début. Il a donc utilisé toutes les tactiques de fiançailles qu'il connaissait pour garder les gens collés à la page, accros.

1)" Le seul but de la première phrase d'une publicité est de vous faire lire la deuxième phrase."

La Loi d'Inertie s'applique également à la copie. La sagesse conventionnelle dit que plus vous passez de temps à lire quelque chose, n'importe quoi, plus vous avez de chances de le terminer. Un lecteur engagé est comme un train, difficile à arrêter.

Mais les trains sont également lents à démarrer, ce qui signifie que la copie doit créer une forte poussée initiale.
Votre première phrase est la plus importante de votre article. Si elle n'engage pas le lecteur, alors vous avez perdu tout ce qui compte.

TAKEAWAY : Les articles addictifs commencent par une phrase convaincante.
Comment rédiger votre première phrase

La première phrase de votre article n'a rien à voir avec le sujet. Il suffit de capter l'attention, comme un coup de feu. Pour ce faire, faites votre phrase d'introduction :

Brèves :" si vous regardez beaucoup de mes publicités, vous remarquerez que toutes mes premières phrases sont si courtes qu'elles ne sont presque pas des phrases", écrit Sugarman. "Pas de longs mots multisyllabes non plus. Gardez-la courte, douce et presque incomplète pour que le lecteur doive lire la phrase suivante.
Parlé : Le dialogue implique l'action présente, ce qui est convaincant.
Si votre première ligne soulève une question, suscite la curiosité ou effraie le lecteur, il y a de bonnes chances qu'il passe à la ligne suivante.

2)"Toute communication doit être personnelle, de l'écrivain au destinataire, quel que soit le support utilisé."

Pourquoi quelque chose d'écrit pour les masses devrait-il être lu comme un message personnel ? Parce que les gens ont soif de connexion. C'est un besoin humain fondamental, même par écrit. Les lecteurs veulent sentir qu'ils connaissent la personne derrière les mots.

La copie personnelle démolit les barrières, donnant à un lecteur individuel l'impression que l'article a été écrit uniquement pour sa consommation, son avantage, ce qui est engageant sur son visage.

TAKEAWAY :
Les articles addictifs ont un son conversationnel, comme un courriel d'un ami.
Comment écrire en conversation

Voici quelques conseils pratiques :

Utilisez la voix active parce qu'elle est facile à lire.
Utilisez l'espace blanc, car il attire l'attention du lecteur.
Utilisez les contractions parce qu'elles rendent le son de la copie informel, léger.
Utilisez des mots simples parce que personne n'est impressionné par votre vocabulaire.
Utilisez la deuxième personne parce que vous voulez que le lecteur se sente inclus.

Comme le dit l'adage, ne jamais écrire pour personne, toujours écrire pour quelqu'un.

3)" Gardez la copie intéressante et le lecteur intéressé par le pouvoir de la curiosité."

La plupart des copies passent par des ébauches et des flux d'engagement. Certaines parties ne se lisent pas assez vite, tandis que d'autres vous ralentissent. C'est normal. Pourtant, c'est pourquoi tant de gens abandonnent ce qu'ils lisent. Le frisson se dissipe et ils s'ennuient.
L'ennui tue. Mais c'est bien parce qu'il y a un antidote : la curiosité. L'astuce est de savoir comment la planter.

TAKEAWAY :
Les articles addictifs utilisent des'graines de curiosité'.
Comment planter ces graines

Une façon d'augmenter le lectorat est d'appliquer une théorie que j'appelle "les graines de la curiosité", écrit Sugarman. "Ça se passe comme ça. À la fin d'un paragraphe, je mettrai souvent une phrase très courte qui donne au lecteur une raison de lire le paragraphe suivant."

Par exemple :

"Alors, continuez à lire..."
"Laisse-moi t'expliquer..."
"Mais il y a plus..."
"Mais je ne me suis pas arrêté là..."
"Voilà le bon côté..."

Ces phrases poussent le lecteur vers l'avant, inconsciemment, à travers la boue. C'est un bon tour, mais rien ne motive l'engagement comme ce prochain concept.

4)" Les idées présentées dans votre texte devraient se dérouler de manière logique, anticipant les questions de votre prospect et y répondant comme si elles étaient posées en face à face".


Lorsque vous êtes face à face ou au téléphone, vous pouvez poser des questions au fur et à mesure qu'elles se présentent. C'est un avantage que les vendeurs ont par rapport aux rédacteurs.

"Comme nous, rédacteurs, n'avons pas l'avantage d'avoir le prospect devant nous pour poser les questions ", écrit Sugarman," nous devons créer nos annonces de telle sorte qu'elles amènent littéralement nos prospects à poser la question à laquelle nous voulons répondre ".

TAKEAWAY : Les articles addictifs ont une longueur d'avance sur le public.
Comment anticiper ce que vos lecteurs pensent

Ce processus se décompose en deux étapes :

Écrivez le titre de votre article.
En vous basant sur le titre, anticipez et répondez aux questions de votre lecteur idéal.

5)" Dans le processus d'édition, vous affinez votre copie pour exprimer exactement ce que vous voulez exprimer avec le moins de mots possible."

Nous avons passé beaucoup de temps à monter cette publication. En fait, vous ne croiriez pas le temps que nous avons investi dans sa postproduction.

La véritable valeur de l'édition est évidente dans le produit final : un article clair, concis et, espérons-le, addictif pour le lecteur.

"Cet axiome recèle l'un des secrets les plus précieux d'une copie efficace et persuasive ", écrit Sugarman,", car c'est dans le processus de montage que vous transformez cet afflux émotionnel brut de pensées et d'idées en un diapason raffiné, harmonieux et résonnant qui vibrera parfaitement avec votre prospect ".

TAKEAWAY : Les articles sur la dépendance sont concis.

Voici une brève description des avantages d'une copie plus courte :

La vérité est que dans la rédaction, moins c'est plus. Pourquoi ? Pensez-y de cette façon : copier avec moins de mots sera lu plus souvent parce que la longueur est moins intimidante pour les lecteurs. Il permet également aux lecteurs de terminer la copie beaucoup plus rapidement.

Voilà le même message, recadré :

Dans la rédaction, moins c'est plus. Non seulement une copie plus courte est moins intimidante, mais les lecteurs la termineront plus rapidement.

Même message, la moitié des mots. Si vous lisez cet article, vous savez déjà comment y parvenir.

Maintenant c'est une question de pratique, d'effort. Commencez bientôt.